Option SES première ES

GIF - 2.6 ko
ligne

Vous trouverez en bas de page ce document au format RTF à télécharger

Objectifs généraux de l’option Sciences économiques et sociales en première E.S.


L’option "Sciences économiques et sociales" de la classe de Première ES vise à approfondir l’étude des phénomènes économiques et sociaux. Elle s’inscrit clans la poursuite de quatre objectifs majeurs :
- concourir à la formation du citoyen, nécessaire au fonctionnement d’une démocratie, par une meilleure compréhension de la société, conformément à l’objectif central de la discipline
- renforcer la cohérence des programmes de sciences économiques et sociales au lycée : étude des pouvoirs publics et des groupes intermédiaires en classe de Seconde, institutions publiques et régulation sociale en classe de Première, processus du changement social en classe Terminale
- développer la complémentarité des champs disciplinaires pour mettre en oeuvre les méthodes et démarches pédagogiques spécifiques aux sciences économiques et sociales (réalisation d’enquêtes, interviews, sondages, etc)
- offrir aux élèves une première approche de la science politique, en relation avec un projet d’études supérieures et contribuer à mieux éclairer leur choix d’orientation, sans pour autant constituer une propédeutique à un cursus spécialisé.

Organisation des contenus

Le programme s’articule autour de trois thèmes, le pouvoir, la démocratie, la citoyenneté, et leurs interactions avec la vie économique et sociale. Il permet ainsi de renforcer les acquis de l’enseignement obligatoire. C’est pourquoi on y trouve certaines notions déjà présentes dans le programme de tronc commun.
L’étude utilise les concepts de la science politique et doit s’appuyer sur des exemples concrets accessibles aux élèves de classe de Première.
Le programme doit permettre aux élèves :
- de mieux appréhender la complexité des relations économiques et sociales en montrant comment s’élaborent, se mettent en oeuvre et se concrétisent les décisions à différents niveaux de l’organisation sociale ;
- d’approfondir l’analyse du fonctionnement et de la dynamique des rapports économiques, sociaux et politiques, dans le cadre d’institutions publiques spécifiques ;
- de mettre l’accent sur l’importance du lien social en prenant appui sur une réflexion centrée sur la citoyenneté et l’intégration.

Introduction

On sensibilisera les élèves à la dimension politique des phénomènes économiques et sociaux. On s’appuiera pour cela sur l’un des objets d’étude déjà rencontrés : famille, entreprise, Chômage, vie associative, syndicats

I. Pouvoir politique et régulation sociale

1.1 La notion de pouvoir

- Pouvoir,
Autorité,
Légitimité
- L’objectif n’est pas de faire une théorie du pouvoir mais de montrer à partir d’exemples (entreprise, famille...) que le pouvoir a un double fondement : la contrainte et la légitimité.


1.2 Le pouvoir politique et sa spécificité

- Nation,
Etat
- On mettra en évidence la spécificité du pouvoir politique tout en constatant la diversité des formes qu’il peut prendre dans le temps et dans l’espace.
On montrera que l’adéquation entre Etat et nation est le produit d’un processus historique.


1.3 Droit et régulation sociale

- Norme,
Coutume
- On fera apparaître que le droit exprime l’état des relations sociales et qu’il est un moyen de régulation de la société. On s’interrogera, à cet égard, sur le rapport entre les règles juridiques et la réalité sociale. Le droit ne fait-il que suivre l’évolution des moeurs, ou peut-il être un facteur de création de nouvelles normes sociales ? (exemples de la famille, du travail, de la bioéthique, de l’environnement, etc).

2. Systèmes politiques et démocratie

2.1 La spécificité des systèmes démocratiques

- Totalitarisme,
Démocratie,
Citoyenneté
- Après avoir montré que la distinction entre démocratie et totalitarisme ne tient pas seulement au contenu des institutions mais aux conditions d’exercice réel du pouvoir politique, on privilégiera l’étude des systèmes démocratiques.
On développera les interrogations sur l’origine du pouvoir politique comme procédant d’un contrat social. A cet effet, on étudiera l’évolution de la conception de la citoyenneté politique en France, et dans ce cadre, on fera le lien avec les notions de souveraineté populaire et de démocratie.
Il conviendra d’envisager aussi la résurgence contemporaine des débats sur la nation et la citoyenneté.

2.2 Les aspects institutionnels de la démocratie

- Séparation des pouvoirs,
Régimes politiques,
Suffrage universel,
Démocratie représentative,
Libertés publiques
- L’analyse de la réalité du pouvoir politique suppose l’étude des principes et de la pratique des institutions.
Après avoir présenté brièvement les grands types de régimes politiques démocratiques (système de séparation des pouvoirs souple ou rigide), on privilégiera le cas de la France en montrant que la Ve République correspond à une situation intermédiaire.
On mettra en évidence que tout système démocratique inclut des organes institutionnels de contrôle du pouvoir politique qui garantissent l’exercice des libertés publiques.

2.3 Les différents niveaux de décision politique

- Pouvoir local,
Pouvoir centra,l
Pouvoir supranational
- L’étude des différentes formes et niveaux du pouvoir fera apparaître les interactions et les conflits possibles entre eux. Elle sera conduite à partir d’exemples concrets liés à l’actualité et plus particulièrement tirés de l’observation de la vie locale.

3. Participation politique et citoyenneté

3.1 Règles et comportements électoraux

- Opinion publique,
Consultation électorale,
Partis politiques,
Participation politique
- On s’interrogera sur les formes de participation non conventionnelles (de type protestataire ou non protestataire) à partir de l’étude de l’action collective et de phénomènes de mobilisation susceptibles de déboucher sur l’émergence de mouvements sociaux.

3.2 Mobilisation et action collective

- Mobilisation,
Action collective,
Mouvement social,
Contre-pouvoirs
- On explicitera la notion de citoyenneté qui intègre les dimensions politique, économique et sociale. On pourra prendre des exemples dans des domaines tels que le travail, la nationalité...

3.3 Citoyenneté et lien social

- Insertion,
Intégration,
Solidarité,
Identité nationale
- On étudiera la dynamique de la vie politique comme espace de concurrence en vue de conquérir et/ou d’influencer le pouvoir.
On analysera, à partir de situations concrètes, les règles de la vie politique, le rôle des partis politiques et des groupes de pression, ainsi que les comportements électoraux déterminants.
Le rôle des moyens de communication de masse sera souligné dans la formation de l’opinion publique.

Conclusion

A travers l’étude des thèmes du pouvoir, de la démocratie et de la citoyenneté, on rappellera que la science politique, tant par ses méthodes que par ses outils, apporte, comme l’économie et la sociologie mais avec un éclairage spécifique, sa contribution à la compréhension de la réalité sociale.
Pour apprécier les acquis, on pourrait envisager :
- d’illustrer, à partir d’un objet d’étude donné (monnaie, socialisation, phénomènes migratoires...) l’apport spécifique de la science politique,
- et/ou de construire collectivement une définition provisoire de la discipline

Mise à jour :
25 octobre 2009

Dans la même rubrique

© Vice-rectorat de la Nouvelle-Calédonie 2012 | Plan du site | Contact | s'abonner au fil RSSFil RSS | Se connecter